Une extravagance mesurée…

févr. 21, 2019 0Commentaire Blog accueil

Rencontre avec Sophie Terrière, créatrice de bijoux contemporains.

C’est à Romans Sur Isère, dans son atelier, que j’ai eu le plaisir de la rencontrer. Personne accueillante, sympathique, Sophie m’a fait partager son univers avec enthousiasme et a accepté de répondre à mes  questions.

Quel est votre parcours ? Comment vous avez eu envie de vous lancer dans cette aventure ?

Je me suis formée aux Beaux-Arts, comme architecte d’intérieur. J’ai alors complété cette formation initiale en devenant architecte DPLG. J’ai travaillé ainsi plus d’une dizaine d’années, dans l’aménagement urbain, puis dans la construction de bâtiments publics. Au fur à mesure, je constatais que ma part de créativité devait s’exprimer plus directement avec la matière.

L’envie de changer de parcours professionnel m’est venue à la suite de différentes rencontres avec des personnes ayant « osé changer », et de la visite de la Tannerie Roux à Romans, où j’ai appréhendé l’univers du cuir…Et là, cela a fait « tilt dans ma tête » :  je suis une collectionneuse de bijoux de créateurs, aux formes et matières atypiques, et naturellement m’est venue cette idée de fabriquer les miens. Utiliser le cuir comme matière première, m’est tout de suite apparu comme une évidence.

Je décide de concevoir ma première collection en septembre 2014 et d’aller exposer au salon BIJORHCA PARIS. Le succès est au rendez-vous et depuis l’aventure continue…

Quelles sont vos sources d’inspiration ? Comment définissez-vous votre travail ?

A l’origine, j’ai voulu réinterpréter « à plat », les colliers classiques, comme le collier de perle, ou la chaine en or.

J’utilise des chutes de cuir de grande qualité sélectionnées à Romans. Ces cuirs proviennent des surplus des tanneries et sont initialement destinés à la maroquinerie et à la chaussure de luxe. De ce fait, je produis des pièces uniques ou des séries limitées.

J’aime les formes géométriques simples, et en particulier la forme ronde. Je l’ai ainsi déclinée dans plusieurs tailles et assemblages. Je me suis focalisée sur le cuir de couleur noir en proposant d’assembler des cuirs de textures différentes (mat, brillant, à poil, vernis…).

Mon crédo : mettre en avant la matière au travers de formes simples.

Si je devais résumer mon travail, ce serait « brut raffiné ». Il fait à la fois ressortir le côté féminin et masculin de la femme qui porte mes créations. C’est une femme qui assume le fait de se parer de bijoux « puissants ». D’ailleurs, la personne aime ou n’aime pas mon style. Je ne pense pas qu’il y ait de demi-mesure.

Ce sont des modèles grands et volumineux pour la plupart. Ils ont un côté intemporel car quel que soit le style vestimentaire, ces bijoux ressortent, ils s’adaptent et sont mis en valeur. Ils habillent la femme de 30 à plus de 70 ans, c’est ce que je peux constater. Ce sont avant tout, des femmes qui assument qui elles sont.

Quelles sont vos aspirations pour l’avenir ?

Pour l’instant je suis toujours attirée par les formes géométriques et pense continuer dans cette voix…

Comment se déroule la fabrication ?

J’ai toujours un carnet sur moi, et je note et dessine, au fil de la journée et des lieux ce qui m’inspire à cet instant-là. Je le consulte régulièrement et imagine par la suite mes modèles…

Je vais alors commencer par le dessiner, puis réaliser un prototype et le tester sur mon mannequin de couture. Je peux ainsi me rendre compte de son « tombé ». Je le teste sur moi : mes bijoux ne doivent pas gêner dans ses mouvements, la femme qui les portent …

Après avoir choisi le cuir dans lequel je souhaite fabriquer ce nouveau modèle, je vais découper mes formes et différents morceaux à l’emporte-pièce au lycée technique près de chez moi, où je peux disposer d’une presse. Puis j’assemble, je colle et couds. Je finis en contrôlant rigoureusement chaque bijou.

Tout est fabriqué par mes soins à la main dans mon atelier à Romans.

En quoi c’est important pour vous d’être membre des Ateliers Art de France ?

Le fait d’être membre des Ateliers Art de France, m’a permis d’acquérir une reconnaissance.

Je peux ainsi participer à de nombreux salons, et vendre en France et dans le monde entier.  Coup de pouce fantastique lorsque nous sommes « jeune créatrice ».

selection de bijoux